La bataille du rail à l’Assemblée : retour sur les discussions en séance publique

Parmi les dispositions les plus dévastatrices de la réforme de la SNCF,  qui n’apparaissait pas dans le programme du candidat Macron, figurent  la suppression du statut des cheminots,  l’ouverture à la concurrence de toutes les lignes de voyageurs et la privatisation à terme de la SNCF.

Ce  projet fait de la libre-concurrence une pensée magique, seule capable de résoudre tous les problèmes du transport ferroviaire en France. La SNCF est en réalité malade de la libre concurrence qu’elle a elle-même organisé et des Gouvernements successifs qui l’ont abandonné au profit du routier.

La ministre des Transports Elizabeth Borne par exemple, a été pendant 10 ans à la tête de la stratégie de la SNCF et a employé toute son énergie à préparer l’ouverture à la concurrence en affaiblissant l’entreprise publique pour rendre inéluctable sa privatisation.

Lire la suite

Accaparement de terres agricoles par de grosses sociétés

Des exploitations agricoles sont achetées par des groupes financiers

La presse s’en est fait l’écho: de grosses sociétés, notamment chinoises, s’accaparent des domaines viticoles dans la région (d’une trentaine en 2013 nous sommes passés à 140 propriétés aujourd’hui). Seulement 10 % de leur production est vendue en France, le reste est exporté en Chine et aux États-Unis.

Lire la suite

Investissons dans les transports en commun du quotidien !

Je suis intervenu en commission alors que nous discutions du rapport Duron, un document insuffisant sur plusieurs points. Il n’intègre d’abord pas l’urgence écologique et évite soigneusement de parler de certains grands projets inutiles et mauvais pour la nature.

Il valide l’avantage de la route sur le rail, alors qu’il faudrait un grand plan d’investissmement pour le ferroviaire et en finir avec tous les avantages des professionnels du secteur routier.

Enfin les projets retenus pour la métropole bordelaise passent à côté de l’essentiel. Il faut investir dans les transport en communs du quotidien plutôt que de passer à 2×3 voies sur la rocade, ce qui ne fera que mécaniquement augmenter le nombre de voitures. Il faut privilégier les alternatives existantes à la LGV plutôt que d’insister sur ce projet trop coûteux financièrement, écologiquement et socialement.