Une avancée majeure pour la Langue des Signes françaises !

Depuis l’hiver dernier je suis au côtés des Sourds et de leur fédération , la FNSF, pour que la langue des signes française (LSF) soit enfin considérée et reconnue dans notre pays.

Parmi les revendications des Sourds, l’inscription de la LSF dans la constitution est sans doute l’objectif le plus ambitieux. En attendant que nous puissions ré-écrire ensemble la constitution pour une 6eme république je me suis attaché à faire reconnaître la nécessité de la présence de la LSF dans l’espace public , notamment pour permettre un accès à la citoyenneté. C’est ainsi que j’ai interpellé le gouvernement dans l’hémicycle, à l’occasion d’un Question Orale Sans débat (QOSD) le 28 mai 2019. Première question posée au parlement en LSF …

Cette interpellation est restée malheureusement sans effet. Au côté des sourds en colère et de la FNSF j’ai donc rédigé une proposition de loi afin qu’un premier pas soit fait : que les mairies soient en capacité d’accueillir dans leur langue les citoyens qui s’expriment en LSF. J’ai donc déposé cette proposition à l’occasion de la journée mondiale des Sourds, le 28 septembre 2019. Vous pouvez retrouver ce texte sur le site de l’assemblée nationale et la vidéo explicative interprétée en langue des signes sur ma chaine youtube.

Ce texte n’ayant aucune chance d’être étudié par la majorité parlementaire, j’ai donc proposé un amendement « LSF » lors de l’étude du projet de loi du gouvernement « engagement et proximité des élus ». Reprenant partiellement ma proposition de loi cette disposition vient d’être votée ce jeudi 19 décembre 2019. C’est donc avec une grande fierté et une grande responsabilité que je vais, avec le cabinet du ministre S.Lecornu (ministre chargé des Collectivités territoriales), contribuer à l’écriture du futur décret d’application.