Première privatisation de la SNCF : la gare du Nord vendue au groupe Auchan

Vous vous souvenez des débats autour de la réforme de la SNCF ? C’était il y a 3 semaines à peine dans l’hémicycle. Alors que les parlementaires de la France Insoumise alertaient sur les dangers d’un projet qui conduirait à la privatisation à terme de la SNCF, le Gouvernement et Guillaume Pepy hantaient les plateaux télé et radios pour assurer sur la base de leur bonne foi que jamais non jamais l’entreprise publique ne serait privatisée.

“La SNCF restera à 100% publique” assurait alors Mme Borne. Mais en fait non : la première pierre de la privatisation, un avant-goût du dépeçage de l’entreprise publique, a été posé lundi 9 juillet en grande pompe à la Gare du Nord.

Un projet pharaonique pour le triplement de la première gare d’Europe, 600 millions d’euros investis pour la redimensionner en vue de Paris 2024. Les travaux ont été confiés à Ceetrus,  filiale foncière du Groupe Auchan, pour un carnet de commande qui vise à développer un gigantesque espace commercial. En revanche, de l’amélioration des conditions de circulation des RER dans la ceinture parisienne il n’est pas question. Un projet d’inutilité publique avant tout donc.

Au terme des travaux le groupe privé, davantage spécialisé dans l’évasion fiscale que dans les services publics ferroviaires, se verra remettre les clés du domaine, la SNCF n’y sera plus qu’un actionnaire minoritaire. 

C’est ce qu’on appelle un coup gagnant au Monopoly pour la famille Mulliez (Auchan) et un bel exemple de dépeçage du patrimoine public par Guillaume Pepy qui de fait est aujourd’hui le VRP d’Auchan avec l’aimable bénédiction du Gouvernement qui a tout fait pour faciliter ce genre de transaction.

A nouveau, je demande donc la démission de Guillaume Pepy qui décidément nous coûte un pognon de dingue et le retour à une entreprise publique intégrée, seule garantie de la poursuite du service public ferroviaire sur tout notre territoire.