Poste à profil dans l’éducation nationale

Ma question écrite à M. le ministre de l’éducation nationale

M. Loïc Prud’homme attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur les techniques managériales mises en place dans l’éducation nationale, notamment concernant les conseillers principaux d’éducation (CPE). Les CPE sont des fonctionnaires de l’éducation nationale qui exercent en collège ou en lycée. Ils ont en charge un poste clé au sein des établissements qui est celui d’œuvrer au bon déroulement de la vie scolaire et de placer les élèves dans les meilleures conditions d’apprentissage. Premièrement, il n’y a eu aucune création nouvelle de poste de CPE alors que 26 000 collégiens et 20 000 lycéens supplémentaires feront leur rentrée en septembre. Le recours aux contractuels est devenu une habitude alors que les candidats au concours sont en nombre suffisant pour pouvoir répondre à la demande si les ouvertures de poste correspondaient aux besoins réels. Deuxièmement, l’augmentation des postes à profil dans la liste des postes vacants de la rentrée 2018-2019 est particulièrement préoccupante. Les CPE sont des fonctionnaires recrutés par un concours national. Les mutations se font chaque année viales mouvements inter-académie puis intra-académies. A l’instar de celles des enseignants, ces mutations sont basées sur un système de points que les titulaires acquièrent au fil du temps auxquels peuvent s’ajouter des bonifications individuelles en fonction de leur configuration familiale. Or, pour le mouvement intra 2018 qui gère l’affectation des CPE pour la rentrée 2018-2019, de nombreux postes ont été soustraits à ces mutations et ont été classés comme des postes spécifiques académiques (SEPA), c’est-à-dire des postes à profil. Pour être mutés à ce poste, les candidats doivent déposer un dossier spécifique auprès de l’établissement. Puis le recteur attribue le poste à un des candidats après avis du chef d’établissement. Si certains postes à profil sont opportuns dans des cas particuliers, leur généralisation doit être combattue car ce système génère inégalités, injustice, clientélisme et arrangements opaques. Pour la rentrée 2018-2019, en Gironde, ce sont 8 des 12 postes vacants de CPE qui ont été affectés en SEPA, soit 66,6 %. Dans l’académie de Bordeaux, ce sont 20 postes sur 35. Il lui demande donc ce qu’il compte faire pour faire cesser ces pratiques de contournement des règles d’affectation des fonctionnaires.