La nécessaire exhumation et identification du corps de Renée Lafont

Source : La Dépêche

Renée Lafont, journaliste pour Le Populaire (journal socialiste dirigé par Léon Blum), part en 1936 couvrir la guerre d’Espagne. Elle sera assassinée par les franquistes, ce qui fera d’elle la première femme journaliste morte dans l’exercice de son métier.

Aujourd’hui, Renée Lafont repose dans l’une des deux fosses communes de la municipalité de Cordoue, parmi 4 000 autres victimes des crimes de la dictature espagnole.

Cette histoire, c’est José García Méndez, Président de l’association ¡ Ay Carmela !, qui m’en a fait part lors de notre rencontre. J’ai donc décidé d’interpeller le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Le Drian, afin qu’il encourage et soutienne la municipalité de Cordoue dans sa démarche de vérité, justice et réparation.

L’exhumation et l’identification des restes de Renée Lafont ainsi que ceux des 4000 autres personnes est un enjeu humain et politique incontournable pour l’Espagne mais aussi pour la France.

Vous pouvez consulter ma question écrite sur le site de l’Assemblée Nationale.