Je m’engage à être le premier député révocable de Gironde

Loïc Prud’homme, premier député révocable de Gironde !

Lors de mes nombreuses actions de terrain, une critique me revient souvent « Les élus sont tous des menteurs », »c’est bien beau de nous promettre ça, mais comment vous croire? ». Ces critiques je les comprends, je les partage même. Depuis des décennies nous avons été habitués à donner un blanc-seing à nos élu-e-s. Cela n’est plus possible, c’est pourquoi je m’engage à appliquer la révocabilité des élu-e-s du programme l’Avenir en commun.

Moins de paroles, plus d’actes

C’est devenu plus ou moins une règle tacite des campagnes électorales, les candidat-e-s font des promesses qu’ils ne tiennent pas et considèrent même que cela fait partie du « jeu ». Ainsi, un candidat qui explique avec ardeur que son ennemi est la finance en vient à propulser un banquier comme ministre des finances ou même président.
 La politique n’est pas un jeu et les promesses n’engagent pas que ceux qui y croient. C’est pourquoi je compte bien donner l’exemple et appliquer un point fort de notre programme, la révocabilité des élu-e-s.

La Révocation des élu-e-s, un engagement fort de la France Insoumise

La 6ème République est un point fort du programme que je défends. Dans ce changement institutionnel, nous proposons de donner aux citoyens la possibilité de révoquer un-e élu-e-. Le principe est simple : si jamais les engagements de campagne ne sont pas tenus, les citoyens peuvent pétitionner afin d’organiser un référendum pour exiger la démission de l’élu-e.
Je vous propose d’appliquer cela dès maintenant. Ainsi, si les électeurs considèrent que j’ai bafoué une de mes promesses de campagne, ils pourront lancer une pétition pour demander mon départ. Si celle-ci regroupe 15% du corps électoral, je démissionnerai et de nouvelles élections seront organisées

Par exemple, l’Avenir en commun propose la sortie du nucléaire. Si une loi allant dans ce sens est votée au Parlement et que je ne la vote pas, les électeurs de la circonscription pourront lancer une pétition.
De même si je ne m’oppose pas à la future « loi travaille! », alors que dans notre programme nous réclamons l’abrogation de la loi El Khomri.

Loïc Prud’homme

 

Retrouvez également cet engagement en vidéo sur la chaîne Gironde Insoumise