Lettre aux enseignants

Madame , Monsieur

Depuis dix ans une école ferme tous les jours. 22 000 journées de classe ont été perdues en 2015-2016, faute de professeurs remplaçants en nombre suffisant. Les activités périscolaires sont payantes pour 40 % des familles. Quelle régression ! Le but des libéraux est de créer un marché de l’éducation en sabordant l’éducation publique, laïque et gratuite. L’éducation n’est pas une marchandise. Elle est la principale richesse du peuple et du pays.
Il est temps de réparer les dégâts !

Comme parents d’élèves et citoyens engagés nous connaissons, comme vous les difficultés quotidiennes de l’école et nous savons l’importance fondamentale de votre mission de service public. Elu-e-s, nous prenons l’engagement de porter à l’Assemblée Nationale les mesures suivantes :

– Instaurer une nouvelle carte scolaire établissant la mixité sociale

-Mettre en œuvre un plan de lutte contre les inégalités à l’école maternelle et primaire, notamment avec un droit à la scolarisation dès 2 ans, la baisse du nombre d’élèves par classe en primaire, la présence de davantage d’instituteurs que de classes dans les écoles, le développement des Réseaux d’aide aux élèves en difficulté

-Assurer partout la gratuité réelle de l’éducation publique, y compris les cantines, le transport et les activités périscolaires, fournir gratuitement aux élèves les manuels scolaires, ainsi que des fournitures sans marque, pour assurer une réelle égalité des conditions entre élèves et lutter contre l’intrusion marchande à l’école

-Recruter au moins 60 000 enseignants supplémentaires sur le quinquennat et mettre en place un dispositif de pré recrutement pour favoriser l’accès au métier d’enseignant pour les jeunes issus de milieux populaires

-Revaloriser le salaire des enseignants.

Enfin nous proposerons une loi garantissant l’argent public à l’école publique.

Au-delà du rétablissement des moyens indispensables, nous garantirons le principe de liberté pédagogique.

– Nous déconnecterons l’avancée de votre carrière de l’inspection qui doit devenir un temps de conseil et de formation.

– Nous aiderons au développement de la recherche en éducation et nouerons des partenariats entre l’Éducation nationale et des mouvements pédagogiques agréés afin d’enrichir votre formation continue.

– Nous créerons une médecine du travail pour les personnels de l’Éducation Nationale.

– Nous inciterons, par des bonifications nouvelles et la réduction drastique des effectifs par classe, les enseignant·e·s à prolonger leur présence dans les établissements de l’éducation prioritaire.

 

Il y a tant de chantiers, tant d’énergie à mobiliser pour que l’école soit toujours le lieu ouvert où chacun·e cultive le bonheur d’apprendre.

Candidat·e·s à l’élection législative, voilà, à grands traits, les mesures urgentes que nous voulons inscrire dans la loi, parce que votre mission est la plus importante de celle que la République confie à ses fonctionnaires, et parce que l ‘éducation ne sera jamais un coût mais un investissement pour l’avenir.

Tiphaine et moi nous tenons à votre entière disposition pour échanger, compléter, discuter telles ou telles de nos propositions. Aujourd’hui comme demain, vous pourrez compter sur nous.

Cordialement,

Loïc Prud’homme    Tiphaine Maurin

 

Télécharger la lettre aux enseignants