La SNCF ferme des lignes auto/train et propose une alternative insoutenable, j’interpelle la Ministre des Transports à ce sujet

Madame la Ministre,

J’ai été alerté par plusieurs associations de l’arrêt définitif à dater du 10 décembre 2017 de la desserte, depuis Paris-Bercy, de sept des onze  destinations du service Auto/Train de la SNCF : Lyon, Brive, Biarritz, Bordeaux, Toulouse, Narbonne &  Briançon, pour ne conserver que celle de Nice, via Avignon, Marseille, Toulon & Fréjus. Pour les syndicats et les associations cette décision signe à terme l’arrêt définitif du service de l’Auto/Train.

En substitution de l’acheminement des véhicules par voie ferrée, la SNCF propose le service « Expedicar », c’est-à-dire le transport de véhicules par route. Ce basculement vers l’acheminement routier est insoutenable écologiquement et ne serait être défendable politiquement au vu de tous les engagements pris par la France en matière de baisse des émissions de CO2.

Le nouveau service proposé par la SNCF qui propose même de transporter votre voiture par camion. Une cure de désintoxication du tout-routier devient urgente…

Madame la Ministre, pourquoi condamner à l’abandon un mode de transport bénéfique pour l’environnement, économe en énergie et permettant le désengorgement des grandes agglomérations quand la pollution de l’air coûte 110 milliards d’euros par an à notre société ? L’abandon progressif de l’Auto/Train depuis plusieurs années est pourtant contraire à l’engagement pris par l’État lors du Grenelle de l’environnement d’encourager le développement de  ce service (article 12 de la loi du 3 août 2009).

Alors que les associations s’alarment de la volonté de la SNCF de fermer totalement le service Auto/Train, je souhaiterais connaître les raisons de ce choix du « tout routier » au détriment du ferroviaire, qui relève d’une volonté politique contraire aux engagements de la France en matière de défense de l’environnement et d’aménagement du territoire, engagements renouvelés dans le cadre des assises de la mobilité durable.

 Dans l’attente, veuillez recevoir, Madame la Ministre, l’expression de mes salutations les plus distinguées,

Loïc Prud’homme

   Député de Gironde