Le démantèlement de l’enseignement professionnel public

Ma question écrite à M. le ministre de l’éducation nationale

M. Loïc Prud’homme alerte M. le ministre de l’éducation nationale sur la situation de l’enseignement professionnel public sous statut scolaire. Les formations délivrées par les lycées professionnels ont permis, depuis l’après-guerre, à des milliers de jeunes de se former pour pouvoir s’insérer dans le monde du travail et la société. Néanmoins, depuis plusieurs dizaines d’années, les lycées professionnels pâtissent d’un déficit d’image et surtout d’une mise en concurrence systématique avec l’apprentissage. La formation professionnelle tend à se réduire à l’apprentissage pourtant marqué par les nombreux accidents du travail et ruptures de contrat. Près de 72  % des jeunes entrant en CAP par voie scolaire obtiennent leur diplôme contre seulement 61  % par la voie de l’apprentissage. Il est souvent reproché à l’enseignement professionnel public sous statut scolaire d’être trop coûteux ; un élève en lycée professionnel coûterait 12 000 euros par an. Toutefois, le coût de la formation d’un apprenti n’est jamais évoqué alors même que le niveau d’argent public engagé serait bien plus élevé ; de l’ordre de 16 000 euros par jeune et par an (sans prise en compte des diverses primes versées aux entreprises). Un coût donc supérieur pour une formation moins qualifiante puisque les formations spécialisées et régionalisées deviennent souvent obsolètes en dehors des lieux où elles ont été acquises. L’obtention d’un diplôme national, garantie par la puissance publique reste primordiale et c’est ce que permettent les lycées professionnels. Dans une société en évolution permanente et un marché du travail que M. le ministre souhaite particulièrement flexible, on ne peut laisser les jeunes sans les bases scolaires et citoyennes suffisantes pour leur permettre d’évoluer dans leur vie professionnelle et personnelle. Il souhaiterait savoir ce qu’il compte faire pour assurer la pérennité de l’enseignement professionnel public en formation initiale sous statut scolaire.