Cantine sans plastique, les arguments en toc du ministre de l’agriculture

Lors de l’examen en commission du texte de loi portant sur l’Agriculture et l’Alimentation j’ai pris la mesure des convictions écologiques du ministre de l’Agriculture et son sens de la retenue dès qu’il s’agit de protéger la santé des consommateurs contre les intérêts économiques.

Pendant la discussion du texte, j’ai présenté un amendement qui me tient particulièrement à cœur, celui visant à interdire la vaisselle en plastique dans la restauration scolaire. Ma rencontre avec des parents inquiets que la nourriture de leurs enfants soit en contact avec des perturbateurs endocriniens m’a convaincu qu’il fallait appliquer de manière stricte le principe de précaution sur ce sujet.

Mon amendement a été rejeté par le Ministre. Le motif présenté est un monument de mauvaise foi : nous ne pouvons pas interdire la vaisselle en plastique car il faut attendre les progrès de la science pour lui trouver un substitut… Pour le Gouvernement il est donc urgent d’attendre que nous ayons réinventé l’assiette en Pyrex ou en céramique !

L’anecdote serait amusante si il ne s’agissait pas de la santé de nos enfants. Concernant la santé publique, la préoccupation du Gouvernement semble être plutôt de ne pas froisser les intérêts des industriels.

 

 

Situation absurde en commission cette semaine !

Retour sur le projet de loi agriculture et alimentation où mes amendements pour une agriculture paysanne, écologique et respectueuse de la santé ont provoqué quelques quintes de toux du côté du Ministre Travert plutôt habitué aux discours de la FNSEA !

Retrouvez l’intégralité des débats :http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5755325_5aba9433…

Et l’article de blog qui présente nos ambitions pour l’agriculture de demain : https://loicprudhomme.fr/agriculture-possible-necessaire/

 

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS : LE PRINCIPE DE PRECAUTION ET L’INDEPENDANCE VIS A VIS DES LOBBYS SONT-IL OBSOLETES ?

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS : LE PRINCIPE DE PRECAUTION ET L’INDEPENDANCE VIS A VIS DES LOBBYS SONT-IL OBSOLETES ?

Lors de son audition en commission j’ai fait part au directeur de l’ANSES (l’agence qui guide les politiques publiques en matière d’alimentation) de mes préoccupations concernant les perturbateurs endocriniens et les nanomatériaux.

Quand on manque de connaissances scientifiques sur l’impact d’un produit pour notre santé ne vaut-il pas mieux, dans le doute, ne pas le commercialiser ? C’est en tout cas ce que préconise le principe de précaution mais c’est tout le contraire qui est appliqué pour les perturbateurs endocriniens et les nanomatériaux, présents partout dans notre quotidien. Sans doute est-ce préférable de prendre un risque d’exposition collectif plutôt que de contrarier de grands groupes industriels…

Lire la suite

“Le transport des personnes par chemin de fer doit être un service public”

Mercredi 19 juillet, la commission Développement Durable a auditionné Mme Elisabeth Borne, ministre chargée des transports. J’en ai profité pour défendre une vision des transports plus respectueuse de la santé de nos concitoyens et de l’environnement.
Le fret ferroviaire représente notamment une alternative sérieuse au transport routier, il est donc naturel que lors de cette intervention je questionne madame la ministre sur l’avenir de la plateforme de tri d’Hourcade.