Question sur la compensation horaire en CHU

Dessin de Soulcié paru dans Fakir

Compensation horaire en CHU: ou comment sanctionner les personnels absents…

 

Après un signalement et un courriel de rappel, Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé a enfin répondu à mon interpellation sur la situation ubuesque des personnels du CHU travaillant en cycle supérieur à 35h et qui se voient obliger de rattraper des heures à leur retour d’arrêt maladie.

Une lecture bien étrange de l’arrêt de la Cour Administrative d’appel de Marseille

Mais à la lecture de sa réponse, j’ai l’impression que Madame Buzyn a eu accès a une version bien différente de arrêt no 16MA04061 de la Cour administrative d’appel de Marseille en date du 13 juillet 2017 car elle conclue l’inverse de ce qui y est pourtant très simplement écrit! Les établissement hospitaliers ne peuvent appliquer la compensation horaire dans le cas d’absence justifiées lors de cycles de travail hebdomadaire supérieur à 35h!

C’est l’établissement hospitalier qui est responsable des cycles de travail hebdomadaire, et donc il doit prendre en compte cette particularité dans le  décompte du temps de travail considéré comme effectué à la suite d’absences justifiées. Les personnels hospitaliers n’ont pas a venir rattraper des heures après leurs congés maladie, cela est grotesque!

Lire la suite

Risques sur les populations de bivalves de l’abaissement de la taille de capture.

Interpelé par l’association de pêche à pied de loisir APP2R sur un arrêté récemment pris par le ministère de l’agriculture, j’ai adressé une question écrite à Stéphane Travert, le Ministre de l’Agriculture, pour attirer son attention sur les conséquences sur la population des coques et de palourdes de cet arrêté. Cet arrêté prévoit des tailles de captures abaissées pour ces bivalves, ce qui entrainera forcément une baisse dans le nombre de ces coquillages dans les années à venir. Pourtant, ces coquillages ne présentent pas une surpopulation qui justifierait cette décision.

Pour Monsieur Travert, il est urgent d’attendre…

Dans sa réponse, le Ministre explique, entre les lignes, que sa décision pourrait changer si des études scientifiques venaient à démontrer un impact de cette pêche sur la population de bivalves.

Comme d’habitude, le Ministre demande encore et toujours des études sur des sujets et repousse ainsi aux calandres grecques une décision de bon sens… Pour rappel, Stéphane Travert, pour motiver son refus de supprimer la vaisselle en plastique des cantines scolaires lors des discussions autours de la loi agriculture alimentation, a expliqué en commission développement durable qu’il fallait du temps pour que les scientifiques trouvent des alternatives à ces contenants, alors que l’inox et la céramique existent depuis des décennies!

Lire la suite

Surmortalité des abeilles

Les abeilles meurent par centaines ; il est grand temps d’agir !

Cet hiver les exploitations apicoles ont enregistré une surmortalité de leurs abeilles. En cause, les nombreux pesticides répandus sur les cultures. Huit départements sur 12 en Nouvelle-Aquitaine sont particulièrement touchés. Certains apiculteurs ont perdu jusqu’à 80 % de leur cheptel d’abeilles.
C’est une catastrophe écologique et économique ! Sans abeilles, pas de pollinisation donc pas de développement de la biodiversité, de cultures agricoles et de miel. Il devient très difficile pour les apiculteurs de vivre de leur métier. Un certain nombre d’exploitations apicoles voient leur pérennité remise en cause.
Face à l’urgence, le Gouvernement tarde à réagir… Il est pourtant indispensable de mettre en place un plan de sauvegarde des exploitations apicoles sinistrées. Par ailleurs, il faut assainir l’environnement des néonicotinoïdes et autres pesticides. Il en va de la sauvegarde des espèces mais aussi de l’environnement et de notre santé.

Il est urgent de se mobiliser pour protéger ces sentinelles de l’environnement !

Vous trouvez ici, la question écrite que j’ai adressé au Gouvernement.

Remise en cause de la gratuité des transports scolaires

Car TransGironde collège de Lacanau – © Département Gironde / Paul Robin

Le transport scolaire joue un rôle fondamental dans la réussite des élèves. Pourtant son coût tend à s’accroître, augmentant par la même les inégalités.

En Gironde, 500 000 élèves (de la maternelle au lycée) utilisent les transports scolaires pour se rendre sur leur lieu d’étude. Le coût de revient pour les familles s’élève à 136€ / an, ce montant est suffisamment élevé (10 % du coût de revient annuel des prestations relatives à l’ensemble des contrats de transport scolaire) pour que la région Nouvelle-Aquitaine puisse récupérer la TVA. Les dernières mesures tendent à accroître davantage encore le reste à charge pour les familles. Aux départements ensuite de prendre ou non en charge la part restant aux famille et ainsi assurer la gratuité des transports scolaires. En Nouvelle-Aquitaine, seuls le Lot-et-Garonne et les Landes pratiquent la gratuité.

Je dénonce cet accroissement de la part des transports scolaires prise en charge par les familles, d’autant que nous savons que ce coût influe sur les choix d’orientation et conditionne la réussite des élèves. La France Insoumise fait de la gratuité réelle de l’éducation publique, y compris le transport scolaire, une priorité.

Préserver l’accessibilité des transports scolaires pour tous, c’est préserver l’égalité d’accès à l’éducation !

Vous pouvez trouver  ma question écrite au gouvernement ici.