Oui à une allocation de Rentrée Scolaire dès 3 ans

Logo de la CAF

Début septembre, alors que les enfants font leur première rentrée à l’école maternelle depuis la promulgation de la loi sur la scolarité obligatoire à partir de 3 ans, des parents ont eu la surprise de voir que le gouvernement prenait des directives, mais que rien n’avait été prévu pour que la CAF puisse suivre également.

Pourtant si l’école est obligatoire dès 3 ans, les familles aux revenus modestes peuvent légitimement s’attendre à avoir une allocation de rentrée scolaire pour leurs enfants à charge dès leurs 3 ans. Or pour l’instant il n’en est rien.

J’ai donc interpellé la ministre Madame Agnès Buzyn sur ce sujet.

Question écrite: Allocation rentrée scolaire dès 3 ans publiée le 17 septembre 2019

M. Loïc Prud’homme attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le versement de l’allocation de rentrée scolaire pour les enfants scolarisés à l’école maternelle. L’article 11 de la loi Pour une École de la confiance abaisse l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans. Les enfants dès leurs 3 ans doivent donc désormais être inscrits dans une école sauf si ils sont instruits dans la famille. Or, il apparait que l’Allocation de rentrée scolaire, versée par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) sous conditions de ressources aux familles modestes ayant à leur charge des enfants scolarisés, n’est versée que pour des enfants âgés de 6 à 18 ans. Il lui demande donc si le gouvernement a prévu de faire abaisser l’âge ouvrant droit au versement de l’allocation pour que cette allocation soit versée dès le début de la scolarité obligatoire des enfants des familles ayant peu de revenus. 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-22913QE.htm

Protégeons les riverains contre les pesticides !

Et de 30 !

Plus d’une trentaine de maires ont signé des arrêtés similaires à celui du maire de Langouët, attaqué par l’État. Face à l’irresponsabilité du Gouvernement la résistance s’organise pour protéger la population des ravages des produits phytosanitaires les plus dangereux.

La loi devrait permettre à ces maires de protéger les riverains contre les appétits mortifères de Bayer-Monsanto, c’est le sens de la proposition de loi que j’ai déposé devant l’Assemblée Nationale il y a plusieurs mois déjà. Elle vise à instaurer une zone tampon de 200 mètres où seront interdit les produits cancérigènes-mutagènes-reprotoxiques et les perturbateurs endocriniens. Je la tiens à disposition de notre ministre de la transition écologique si elle est en panne d’inspiration.

Alors qu’un nouvel arrêté visant à protéger les riverains est en cours d’écriture au Ministère de l’Agriculture, accentuons notre pression car nos vies valent plus que leurs profits ! ✊

Pour cela j’invite tous les maires insoumis.es de Gironde à prendre le même type d’arrêté, de St Yzan à Loupiac. Les citoyen.nes peuvent aussi interpeller directement leur maire dont le premier devoir est de protéger la santé de ses administrés afin qu’il prenne cette initiative. Vous trouverez ci-dessous tout les éléments vous permettant d’écrire à votre maire. A vos stylos ou claviers !

LettreType_Riverains

➡ La proposition de loi : http://www.assemblee-nationale.fr/…/propositio…/pion1069.asp
➡ Ma question écrite à Mme Borne :

” Monsieur Loïc Prud’homme attire l’attention de Mme la Ministre de la transition écologique sur le projet d’arrêté relatif à l’utilisation des produits phytosanitaires. Le 26 juin 2019, l’arrêté relatif à l’utilisation des produits phytosanitaires (arrêté 4 mai 2017) a été suspendu par le Conseil d’État au motif que celui-ci « ne prévoit pas de dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées ».

Un nouvel arrêté est donc en cours de réécriture et doit nécessairement être plus protecteur pour les riverains et bâtiments publics situés à proximité des parcelles cultivées, c’est d’ailleurs le sens des propos tenus le mardi 27 août par Mme la Ministre sur l’antenne de France Inter.

Alors que les études se multiplient prouvant le degré de contamination de la population aux produits phytosanitaires les plus dangeureux, de nombreux maires de communes sur tout le territoire multiplient les arrêtés pour garantir une zone tampon autour des habitations et lieux de vie. Ils emboîtent en cela le pas aux associations qui depuis plusieurs années préconisent une zone de 200 mètres où serait interdite la pulvérisation des produits cancérigènes-mutagènes-reprotoxiques (règlement CE n°1272/2008) et les perturbateurs endocriniens (règlement CE n°1107/2009). C’est également l’objet d’une proposition de loi déposé par le député Loïc Prud’homme en juin 2018 et à disposition sur le site de l’Assemblée Nationale.

Face à cette demande sociétale sans précédent et aux preuves accumulées de la nocivité des produits phytosanitaires sur la santé humaine il lui demande quelles mesures sont prévues dans le futur arrêté pour garantir la sécurité et la santé de milliers de riverains exposés aux substances CMR (cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques) et PE (Perturbateurs endocriniens).”

La réforme de l’assurance chômage condamne les assistantes maternelles à la précarité !

J’ai demandé à la Ministre du travail de renoncer à réviser le mode de calcul de l’allocation retour à l’emploi qui impactera fortement ces professionnelles dont le mode de garde est choisit à plus de 80% par les parents.

Les assistantes maternelles subissent déjà au quotidien la précarité et la flexibilité, elles doivent cumuler les contrats pour obtenir un revenu décent, encore une fois sous prétexte de faire des économies le Gouvernement tape sur les plus pauvres.

#giletsroses

Pour un logement universel et durable !

Notre projet : garantir le droit au

logement digne !

A l’Assemblée nationale, je me bats pour éteindre la crise généralisée du logement, une crise qui nuit fortement aux conditions d’une vie digne. Le logement permet de fixer la base dans laquelle nous pouvons projeter l’ensemble des dimensions de notre vie, dans laquelle nous pouvons jouir de la santé et du bien-être tout en offrant un espace protégé dans lequel nos enfants s’épanouissent. Voici plusieurs intervention autour de cette lutte pour le droit au logement.

Lire la suite