Accaparement de terres agricoles par de grosses sociétés

Des exploitations agricoles sont achetées par des groupes financiers

La presse s’en est fait l’écho: de grosses sociétés, notamment chinoises, s’accaparent des domaines viticoles dans la région (d’une trentaine en 2013 nous sommes passés à 140 propriétés aujourd’hui). Seulement 10 % de leur production est vendue en France, le reste est exporté en Chine et aux États-Unis.

Ces grosses sociétés s’emparent aussi de plus en plus de notre patrimoine agricole pour cultiver des denrées alimentaires (blé, maïs,…).

Accaparement des terres = problèmes en pagaille

Cela pose plusieurs problèmes :

– une hausse du prix des terres agricoles, ce qui complique davantage encore l’installation de jeunes agriculteurs ;

– l’absence de création d’emplois pérennes dans les régions rurales concernées puisque dans ces exploitations gigantesques, se sont essentiellement des salariés temporaires qui sont embauchés ;

– les filières locales pour l’approvisionnement en engrais et machineries agricoles sont délaissés au profit de filières internationales ;

– enfin, c’est l’autonomie alimentaire de la France qui est en jeu.

Cette financiarisation de l’agriculture est une dérive dangereuse pour la profession agricole, nos territoires ruraux et la qualité des denrées alimentaires que nous retrouvons dans nos assiettes. Il m’apparaissait primordial d’alerter le ministre de l’Agriculture et de l’alimentation sur cette dérive.

Retrouvez ma question écrite  au gouvernement sur le site de l’Assemblée nationale