Succès pour le premier Fi’estival insoumis de Gironde

la convivialité du Fi’estival 2018

250 personnes pour la première édition du festival des insoumis.es de Gironde

Samedi 16 juin 2018 au Parc Palmer de Cenon, les insoumis.es de Gironde ont célébré ensemble la première année de mandat de Loïc Prud’homme, député de la 3ème circonscription de Gironde élu sous les couleurs de la France insoumise. Cette première édition du « FI’estival insoumis » a réunie plus de 250 personnes, sympathisants et curieux venus de toute la Gironde, dans une ambiance festive, conviviale et engagée.

 

Deux député.e.s insoumis.es

Danièle Obono, député.e. LFI de Paris et Loïc Prud’homme ont ouvert la journée par un retour sur leur première année de mandat sur les bancs de l’opposition à l’Assemblée.

La journée s’est poursuivie avec une table-ronde sur la lutte contre la pauvreté.  Les parlementaires, Maxime Da Silva (orateur de la campagne FI contre la pauvreté), Médecins du Monde, Agir ensemble contre le chômage et Oxfam ont affirmés leur détermination à lutter contre la pauvreté, après avoir rappelé les politiques inégalitaires du gouvernement et ouvert des perspectives dans un esprit de convergence.

Loïc Prud’homme et Danièle Obono entouré d’Insoumis.es Girondin.e.s en lutte contre l’évasion fiscale. 

 

L’éducation populaire à l’honneur

Les étudiant.e.s insoumis.es ont animés un atelier de réflexion sur l’avenir de l’enseignement, en pointant les méfaits de la nouvelle loi sur l’université. Puis Cécile Pastre a joué sa conférence gesticulée sur l’évasion fiscale devant un parterre de sympathisants venus de toute la Gironde.

Tout au long de la journée, les associations (Le Refuge, L214, AC !, Wake Up..) et les groupes d’action de la France Insoumise ont partagé l’allée des stands. Les concerts donnés le soir ont permis de faire de cette journée un véritable moment de partage et de convivialité autour de l’échange des savoirs.

Avec la première édition de ce festival la France Insoumise en Gironde poursuit avec détermination son travail de rassemblement pour construire l’opposition à la politique de casse sociale du Gouvernement dans le département.